Cinq choses essentielles dans la conception de documents grand format

Avec les logiciels de conception de grande qualité et accessibles qui existent aujourd’hui, il est plus facile que jamais pour des non professionnels de concevoir des documents graphiques de bonne qualité. Cela dit, avant de vous lancer dans un projet d’impression, prenez le temps de tenir compte des éléments clés qui assureront la qualité de votre création.

UTILISEZ DES GRAPHIQUES VECTORIELS
Si vous êtes familier avec un ordinateur, vous connaissez certainement les pixels et les images matricielles en formats JPG, GIF et PNG. Ces outils ont de nombreuses utilisations autres que la conception graphique de documents grand format.

II faut utiliser plutôt les graphiques vectoriels : ces graphiques sont définis par des équations mathématiques plutôt que par des pixels et dès lors leur qualité ne dépend pas de la résolution des images (c’est-à-dire le nombre de pixels au pouce carré dans une image). Alors qu’une image « pixelisée » basse résolution deviendra floue lorsqu’on l’agrandit, une image vectorielle conservera toute sa netteté. De plus, les fichiers vectoriels sont généralement moins lourds que les fichiers pixelisés.

TRAVAILLER À L’ÉCHELLE
Il est important de travailler à l’échelle : si vous concevez une affiche de 36 po sur 48 po, votre fichier d’impression doit être de 36 po sur 48 po. Bien sûr, tous n’ont pas un écran de 48 pouces; il faut donc réduire le format de travail. Cela peut sembler évident, mais le fait de travailler au format réel réduit le risque d’envoyer un fichier d’impression dans un format trop petit.

VISER LA HAUTE RÉSOLUTION
Si votre concept contient des photos ou d’autres types d’images non vectorielles, il est essentiel que ces images aient une résolution d’au moins 120 dpi au format réel pour qu’on ne voit pas la pixelisation. On peut s’en tirer avec une résolution moindre dans le cas d’une image qui ne doit être vue que de loin. Il importe toutefois de ne pas descendre plus bas que 75 dpi.

TRAVAILLER À MARGE PERDUE
L’expression marge perdue désigne une image qui couvre totalement la page. Il est même recommandé de faire dépasser l’image de 3 millimètres du format du papier afin de tenir compte d’une certaine variation dans l’impression et la coupe. Assurez-vous toutefois que les images et le texte ne chevauchent pas les bords du papier de façon que ces éléments ne soient pas coupés.

VISEZ L’ÉQUILIBRE
L’équilibre d’ensemble est plus important que n’importe quel élément graphique présent sur le document. En effet, le message livré par une bannière, une affiche ou tout autre document imprimé grand format doit être lu et faire impression sur l’observateur en quelques secondes seulement. Dès lors, pour ce qui est :

Des éléments graphiques :
Limitez leur nombre et leur complexité afin qu’ils soient perçus d’un simple coup d’œil.
Il faut aussi maintenir une certaine distance entre ces divers éléments.

Texte :
Les textes doivent être courts et aller directement à l’essentiel. Pour faciliter la lecture, choisir une fonte sans sérif pour éviter que les lettres semblent se toucher.

Couleurs :
Utilisez un schéma de couleur simple et percutant (deux ou quatre couleurs au maximum si possible). Pour le fond, choisissez une couleur qui fera contraste avec le texte et les autres éléments graphiques.

La clé ? Gardez les choses le plus simples possible et faites confiance à votre instinct. Si votre concept vous semble un peu confus, c’est fort probablement qu’il l’est!